Blog

Sans titre

Jour 10 - Typhon et Sento

Gael et Yuko se réveillent tôt pour partir à l'aeroport, avion direction Fukuoka pour visiter une fabrique de sauce soja Shouyu.
Je reste dormir, la fenètre ouverte jusque tard. Le vent souffle très fort et il pleut, c'est le Typhon.
Shouyu va passer cet après midi à Earth Café, en attendant on va manger des tsukemen avec Daichi et François.
Shouyu nous montre de nouveaux instruments qu'elle à fabriqué à partir de calebasses, avec des graines dedans. Onjoue avec et elle demande à François de peindre dessus. Il fait un joli dessin tout en racontant une cosmogonie à Shouyu.
Il pleut toujours des cordes; on est coincé dedans, Daichi va nous acheter du Magic-Plastic pour fabriquer des portes clef. On pourra les vendre ou les offrir.
La pluie cesse et le temps deviens doux. Avec François on décide d'aller dans un sento; pas trop loin. Il y a un sauna et des bains a bulle et électricité. Après s'étre bien détendus, on fait une petite promenade jusque chez Takashi ou on habitait en 2013, lors de notre première tournée au Japon.
Finalement Yuko et Gaël n'ont pas pu embarquer pour Fukuoka à cause de l'avion qui ne pouvait pas décoller a temps. Il sont du coup revenu et un peut fatigués. François tire le Tarot à Yuka chan qui pratique massage et acupuncture, on parle circulation de Ki.
Je vais manger un morceau avec François et Jeremy, puis on retourne a Earth ou la soirée se finit tranquillement. Aujourd'hui François à vendu un dessin pour 2000yen.

Jour 9 - Kyoto Oohlala

Je me lève vers 10h et part aussitôt à la recherche du magasin de musique Shimamura pour acheter des jeux de cordes. J'y était allé l'an dernier, et je suis retourné au même endroit mais a la place il y a un magasin de vêtement.
Je traine dans le centre commercial et questionne quelques personnels, je finis par comprendre que le magasin a été transféré dans la grande tour Haruka. J'y vais et là je doit trouver l'escalier qui même au fameux étage 3,5, et c'est étage étant encore très grand je passe bien 10mm supplémentaires à chercher le magasin.
Je rentre chez Daichi, et on prend presque aussitôt la route vers Kyoto, un train lent mais sans changement qui arrive à Kyoto à une station très proche de Oohlala.
On arrive plus d'une heure en avance, on va manger un bol de riz agrémenté dans un restaurant de Gyudon.
Puis comme il nous reste encore du temps on cherche un petit café qui est fermé et finalement on va boire un Ice Coffe au Katwalk.
C'est a présent l'heure d'aller faire les balances à Oohlala. Elles sont vite expédiés car il n'y a que la guitare et la voix à régler. Ensuite on va travailler dans les escalier et dans la rue. Le projet au début avec Yuko-san était d'aller voir le temple à Matsunoho, le dieu du saké, mais en fait on aura pas le temps et après avoir mangé une glace au matcha on va s'installer pour le début du concert.
Le premier groupe est un groupe de Acid-rock planant, des reprises, certaines font penser à Jefferson Airplanes. Le second groupe interessant, un peut acid, années 70, très bien, avec un chanteur charismatique.
Toujours les années 70 mais plus vers la fin le 3eme groupe, un son toujours planant, des costumes originaux d'astronautes avec des pyramides sur la tête.
Puis c'est nous. Je diffuse le concert sur Facebook.
On joue Ange, Les loups, Le christ, poisson rouge, HannaFubuki, sumimassen...
Le concert finit, on m'offre un verre, j'enfile donc une téquila-tonic en vitesse avant de courir à la station de métro. Un train lent encore, mais cette fois ci il y a un changement.
On arrive pas trop tard à l'auberge Daichi. Mais on s'endormira tard après avoir longuement cherché un billet pour Taïwan pas trop cher.

Jour 8 - Isakaya a Abeno

Jour de repos
On se lève donc vers midi.
Je descend au Kombini acheter un café glacé des chocolat au macha et un Dorayaki. Et on va prendre un repas dans une petite boutique de tsukemen. C'est bon et pas cher.
On passe ensuite boire un verre à Kokorom, dans le passage couvert, ou il y a aussi la boutique de vêtements traditionnel de seconde main ou tout est à 100 yen.
A Kokorom je recroise la poétesse Shinin croisée hier. L'ambiance est sympa dans cette Guest house ou on peut boire un verre à cotés du petit jardin. Aujourd'hui j'y rencontre un beau papillon.
On va répéter ensuite avec gael pendant 2h, puis on va du cotès d'Abeno boire du bon saké dans une belle maison ancienne de ce petit quartier. Un izakaya très correct.
On rentre ensuite chez Daichi, François qui est rentré dans l'après midi avec un demi tatamis trouvé dans la rue et redécoré par lui discute avec deux espagnoles.
Il fait chaud encore et il pleut. Le typhon viendra peut étre. Je vais me coucher tôt. Jour de repos.

Jour 7 - Concert à Hawk Wind

On prends le petit déjeuner dans la salle commune qui a retrouvé un état présentable. Mayuko chan prépare du café.
L'ambiance est calme, tout le monde est fatigué, beaucoup sont partis au Karaoké la veille. Beaucoup de sommeil encore à 8h30.
J'écris quelques pages du blog et deux Haikus sur la lune de Omihachiman.
Avec Mayuko chan, Tanak san, Miki san et Honda san on va installer des panneaux indicatifs devant les maisons contenant des oeuvres des artistes. On en profite pour visiter et découvrir. Certaines instalations sont super et d'autres moins interessante. Le grenier aménagé par Mayuko chan est très impressionnant. Il y a un esprit de maison hanté... son oeuvre en papier washi imprégné de sauce soja et autre me donne l'impression d'une pressence vivante se développant dans la piece. Je reste un moment à me reposer ici.
A midi on va manger un Katsudon avec du riz et des légumes marinès. Puis on prends un funiculaire qui va nous amener en haut de la montagne de Omihachiman. Il y a un temple Boudhiste, la vue est très belle. L'athmosphère propice à la méditation. Mais il est déjà l'heure de retourner retrouver Hakihito san qui va me ramener à la gare, direction Kyoto.
A kyoto mon téléphone tombe en panne de batterie, mon sac est lourd et la livehouse loin de la gare centrale... je prends un taxi. Et j'attends l'ouverture du Hawk Wind en buvant une Nama dans un café qui a une belle vue sur la ligne de métro. Et je recharge mon téléphone.
Hier j'ai acheté des sandales en bambous, un chapeau pointu et un masque de vielle femme en papier pour voir si François s'en amusera. On vera ça se soir.
La livehouse est petite au second étage d'un immeuble. Quant j'arrive Yumiko fait ses réglages. Très sympa d’emblée elle me dit en français qu'elle a regardé nos vidéo sur Youtube et qu'elle aimerais qu'on participe sur un de ses morceaux. "Vous pouvez faire tout ce que vous voulez".
On fait nos réglages et on va répéter à cotès d'un arbre à Kaki dans la rue.
La première partie de soirée est un groupe de free jazz a tendance rock, plutôt de bonne improvisations. Puis c'est nous, on joue Sumimasen, Le Christ Aux Oliviers, Les poissons rouges, Deserteur et Hannafubuki. En rappel on joue Aie avec Yumiko qui répète le texte que Gaël lui dicte.
Enfin c'est Yumiko qui clot la soirée en jouant des chansons dans un style a la fois drole et passioné, tantôt parodique tantôt plus poignantes. Ne me quitte pas en japonais "Ikanaide". Le poinçonneur des Lilas au lieu de faire des Petit trou "chisai anna" en fait des gros "hoki anna" ce qui aurait a voir avec une histoire de paris sur des chevaux et du fait de parier sur le mauvais. Mais l'expliquation est bancale et j'avoue que l'humour japonais est assez mystérieux.
La derniere chanson, sur laquelle on est invité a participer c'est "les feuilles mortes". Et ce n'est pas triste avec Gaël qui essaie de déconcentrer Yumiko par des chatouille.
On rentre vite, en taxi jusqu’à la gare puis train jusqu'a Osaka. C'est minuit passé lorsqu'on arrive a Osaka et c'est l’anniversaire de Yuko. On va manger des kuchikatsu en buvant une Nama dans le petit quartier derrière le pont.
On rentre et on prends encore quelques bières au combinis pour féter ça !

Billets plus anciens