Japan Tour 2015

Japan Tour Volume 3, Jour 1 - Paris - Moscou - Tokyo


Jeudi, la journée commence sur les chapeaux de roue, dure journée. Avec deux ventilos sous les bras je me fais le parcours du matin ( Ligne 13 - RERC ).
Beaucoup de choses à mettre au point au dernier moment avec les collègues, un brin de stress mais j'arrive à tout faire et même un petit Coucou à Marie France passée me souhaiter bon voyage. Plus ardûe sera la suite de la soirée entre l'arrivée des touristes Brésiliennes avec 3 valises énormes et le ménage "surprise" des touristes coréennes.
Finalement avec l'aide de Gaël, Fabienne et Vivi j'arrive à tout faire et la soirée se finie chez Vincent où on déguste de délicieux sushis (préparés par Asako) et petit-fours avec du vin naturel très bon.
Puis je rentre dormir chez Gaël, qui fait cette nuit auberge de jeunesse ! Anup et Amit occupent le lit du haut.
Le lendemain de cette nuit courte on part pour Charles-de-Gaules-Etoile et François me rejoins au terminal 1 alors que gaël poursuit sa route vers le terminal 2. Gaël passe par Coppenague, Emilie par Istambul et François et moi par Moscou. Mais le vol Paris-Moscou est aussi différent !
Je pars un peu plus tard. Sur mon ticket je remarque que le numéro du quai d'embarquement pour le changement à Moscou n'est pas indiqué.
En attendant l'embarquement je discute avec un péruvien sympa qui rentre de Shangaï.
A Moscou c'est le stress pour retrouver le quai qui n'est pas indiqué sur mon ticket. En plus c'est le bazar, plein d'avion ont du retard, apparemment à cause des conditions météorologiques et au bilan on va attendre près de 7h avant de partir, dans un hall surchauffé avec des aller-retour de bus pour l'avion vers Madrid et des touristes qu'on ballade.
Mais on prend la vie du bon cöté et ça nous permet de rencontrer plein de gens sympas, comme Lucas, Hanna, Noa et sa maman qui parle bien anglais...
Et le vol se déroule sans problème pendant ses 9h réglementaires, on atterrie dans un Tokyo à 25° et humide.
On prend la Tokey line jusqu'a Nippori puis la bonne vieille Yamamote jusqu'à Uguysudani où on va retrouver notre Ryusuke adoré. Gaël et Emilie sont déjà la.
Je monte la nouvelle guitare "The bone, Mosquito"en kit acheté pour la tournée "Maraton" du mois de Juin 2015.
Petite frayeur et séance bricolage pour remettre en place la prise jack qui s'enfonce dans la caisse.
Le soir on va manger dans le petit Izakaya a cotés de chez Ryusuke et Emilie prend son appareil photo.

Jour 3 - 大阪, Osaka, le REED CAFE


 
On se lève donc à 5h15 et on part a 45, pour Nippori, puis Narita airport. On doit changer pour le terminal 3 car on va prendre un vol intérieur Tokyo - Osaka.
Le transit se fait à pied selon une piste qu'on dirait tracée en hommage a la sélection de Tokyo pour les J.O, on dirait une genre de piste colorée et surréaliste.
Comme on est en avance on a le temps de se reposer avant d'embarquer et de s'attaquer a quelques mail à envoyer.
Le vol se passe bien, sur les ailes de l'avion on voit une inscription surréaliste "ne pas marcher en dehors de cette ligne". Le moment fort du voyage est lorsque l'on survole le mont Fuji dont la tête superbe ressort des nuages.
On arrive à l'aéroport et on prend la navette pour Tenoji, puis Dobutsuen-mae et on rejoins la petite live-house tenu par Daïchi au dessus de laquelle se trouve le petit appartement que nous allons occuper.
On retrouve donc Daïchi son amie Eriguchi qui est photographe et François en pleine forme et qui nous raconte avec entrain ses aventures d'hier à l'ancienne imprimerie dont il a ramené un caractère Kanji en plonb : "champs".
On fait notre programme et on le répète pour nos hôtes puis on se met en route vers le Reed café en métro. François a un look de gobelin avec des oreilles pointues et une peinture blafarde sur le visage.
Il fait peur au jeunes filles et fait rire les plus téméraires, tout en distribuant des flyers.
Pour ma part j'essaie la technique du concert intimiste individuel, avec ma nouvelle guitare silencieuse qui ne sonne que dans le casque.
On arrive a la live-house et on fait très rapidement les balances. Aujourd'hui Yuko est venue nous voir depuis Nagoya.
On va manger quelques Takoyakis très bons dans le quartier.
Le concert comment avec Chili, jolie chanteuse et ses musiciens qui fait un tour de chant cabaret amusant.
Puis on commence notre concert. Dans la salle il y a nous, Yuko, les musiciens de Chili, les gars du bar et deux autres personnes. Mais c'est marrant, ça marche bien, Zorro, Ali baba, Ecris moi, Le christ, Aïe, sumimasen, Emilie arrive a faire danser tout le monde sur scène avec "Aouuu Aouuu" et les Loups puis on finis en douceur avec Hanna Fubuki.
On passe la soirée à boire quelques bières et discuter, puis nous rentrons à pied dans la ville très tranquille. On retrouve --- assis sur un chaise devant la live-house avec quelques clients dont un joueur de contre-bassine avec qui on fait un petit boeuf jusqu’à....que la voisine passe la tête par la fenêtre... Mais c'est pour nous donner des crêpes délicieuses !

Jour 2 Répétition avec hasari chan, Teacher's Lodge de Ichiwakaday


On se lève de bonne heure pour aller répéter pas tout prêt et rejoindre Hasari chan qui jouera de la batterie avec nous pour nos dates à Tokyo au métro Koenji.
En route on déjeune sobrement d'un petit Onigiri et Harari nous reconnait  rapidement, on va directement à la salle de répétition.
 
Je monte ma petite guitare et on répète "Libertée", "La route des fleurs", "Ali Baba",  "Sumimasen" et "les loups".
Puis on va déjeuner dans un resto chinois, des yakisoba avec des giozas, du riz avec des oeufs brouuillés.
On accompagne Hasari chan au club Mission's où on est programmé fin Juin et où elle nous montre les très bons flyers qu'elle a réalissé.
Puis on retourne dans le métro, direction Ichiwakadai.

Il y a un magasin de musique situé au deuxième étage d'un immeuble et où on achète un petit enregistreur à un prix très bas.

En sortant on passe devant un 100 Yen Shop dont le nom est Français : "L'Espoir" et c'est ainsi qu'on fait la connaissance de Nicolas, Catherine et Reyuko. Ils résident à la fameuse Guesthouse "The Teacher Lodge", une des plus anciennes et célèbre de Tokyo. On y va prendre un verre et improviser un mini concert dans le jardin.
On rentre en passant par la station
Sur le chemin du retour on s'arrète dans un Izakaya avec Emilie et on mange des fritures en buvant une bière. Puis on rentre par une route de laquelle je n'était qu'à peu près certain mais qui nous ramène tout de même chez l'ami Ryusuke !
Demain on se lève a 5h Pour partir a Osaka.

Jour 4 - Le Mamba Bears


 On a bien dormi sur les futons confortables de Daïchi et Gaël viens nous réveiller avec Yuko vers 10h.
On prend un moment pour regarder les vidéos qui ont été calculées dans la nuit, puis on va manger dans un restaurant de kushikatsu 串カツ très bon. Les aliments sont pannés et frits et servis sur une petite brochette. C'est très bon avec une bière fraîche pression, les Ika (poulpe), oignons et aubergines et shitake sont mes préférés.
 Yuko reprend la route pour Nagoya, et on va faire une petite sieste. Puis on marche a pied jusqu'au Mamba Bars qui n'est pas très loin.
En chemin on fait quelques photos.


Le Mamba Bears est un lieu intéressant, pas très grand mais pas tout petit. On s'installe et on fait les balances. 

Les autres musiciens de la soirée arrivent, il y a  Jyonson Tsu un chanteur avec sa langue inventée, bon guitariste, Son BOX avec Rarabongo et Okachimenko un groupe de chanson avec shamisen et clarinette.

On va acheter des bières et manger des nans indiens énormes dans un petit jardin de démonstration dans un quartier de maison témoin.
Puis on retourne au bar. En attendant les concerts on se décontracte et on fait connaissance avec les autres artistes. François fait un massage énergique à Shinatsu la batteuse de Rarabongo
 
Notre set commence sur les chapeaux de roue avec le déserteur et françois en chien méchant. Puis c'est Aouuu Aouuu, Ecrit moi, Aïe, les Loups, Sumimasen et Hanna fubuki en notes étouffées. La guitare se désaccorde un peu, j'essaie de gérer.
Après le concert on rentre à pied sous la pluie. J'achète dans un combini du Poulet Frit et des Onigiris. Et on rejoins le café Earth au table en bois sur lesquelles j'écris ses lignes en écoutant la pluie dehors.



Jour 5 - Paradice


Réveil vers 11h, on a bien profité de la nuit.
Sur les conseils de Daïshi on va avec François au magasin de musique Shimamura près de Tenoji pour acheter un accordeur pour la guitare. Le centre commercial où on va est assez grand et il y a beaucoup de bruits, ce n'est pas très agréable. On trouve ce qu'on cherche, puis on retourne au café Earth.
Emilie et Gaël sont déjà partis manger. Avec François on veux aller manger les bons Udons à 200 yens à cotés du café. Mais il est fermé du coup on va dans un petit restaurant chinois, on prend des ramens, des gyozas et des yakissobas.
On va prendre le désert à la petite pâtisserie à cotés du café Earth, crêpes au chocolat et glace au thé vert.
Puis on ce met en route pour le concert du jour : au Para-dice. Il nous faut prendre le métro survivant des années 50.

 
La salle est plus petite qu'hier mais elle est bien. Lorsqu'on arrive les "Sister Pauls" sont déjà en train de répéter on met donc nos bouchons d'oreille TOTALEMENT nécessaires.
Ce soir Michihiro nous accompagne avec sa contrebasse.
Après nos balances rapides je vais acheter des bières et on va dans la petite pâtisserie japonaise à côté de la salle, je prend un pain melon-matcha, moins bon que chez Aki à Paris.
Ce soir la barre est haut, la soirée commence avec Jackstraw avec un  super batteur, puis Bathrooms, ambiance 80' parfaite avec le dernier chanteur au -mulot- du Japon, puis Blondewhalf avec la bassiste la plus charmante.

Donc on a un peu la pression parce que l'ambiance était plutôt parfaitement punck et qu'il nous faut relever ce gant.
On commence avec Le Christ très électrique, puis Aïe: rock à souhait. On enchaîne avec une petite pause émotionnelle : les poissons rouges, puis c'est la Chance, la Route des fleurs, Sumimasen, Hanna fubuki puis Le déserteur, et on clos ainsi un de nos plus beau concert !
Tout le monde est surpris par cette énergie, et nous les premiers, c'était génial. On distribue quelques tracts, vend quelques CD puis on rentre au Earth Café, et jusques tard on fête ça avec quelques onigiris, de la bière, su Soju et des amis !
Merci Sister Susume et Paul Mackii.

Jour 6 - Osaka Barabara

On se lève tôt aujourd'hui car on quitte le café Earth pour la maison de notre ami Ryouta san qui va nous héberger cette nuit et jouer avec nous pour les prochains concerts dont ce soir au Gara-gara, une petite live house de Osaka.
On prépare nos affaires et au revoir l'ami Daïchi, on revient bientôt !
On prend le train pour nous amener à la station poche de la maison de Ryouta. Mais Osaka c'est très grand et il y a bien 1h de train avant d'arriver.
On retrouve avec plaisir Ryouta qui vient nous chercher avec sa Ryouta-mobile, un grand van ou un petit bus comme on veux !
Après avoir acheté des piles électriques et des cordes de rechange pour la guitare (j'ai cassé mon MI aiguë sur le déserteur hier soir) on arrive chez Ryouta. On va loger au premier étage d'une maison attenante à la sienne qui sert de caverne d'Ali Baba, il y a ici des percussions de plusieurs pays, plusieurs types de baguettes de tambours...
On dort au premier, sur des tatamis.
Après un bon repas, ragout avec du riz et des légumes, on attaque une petite répétition. Comme Ryouta avait tout noté sur des papiers l'an dernier; et qu'il a tout gardé, c'est très facile de retrouver les formes de l'an dernier, on travaille donc vite et bien.
Puis on part en voiture pour la live-house Gara-gara. On roule une bonne heure encore avant d'y être. La salle est petite, dans une petite rue sympa. On s'installe on fait les balance. Le second groupe arrive, c'est une guitare et une chanteuse qui font des chansons très douces, comme des musiques de dessin animé, fleur bleue.
On passe la soirée à manger des takoyakis de la boutique d'en face, et François en Golum hante la rue, et surprend les passant "Bikkurishita !".
Le duo kawai commence avec les chansons douces, on a du mal à ne pas s'endormir et parfois on sombre, mais c'est très bien.
On joue notre set après et on réveille tranquillement tout le monde  avec Aïe enchainé à Vaille que vaille, puis Ecris moi, la route des Fleurs, Technicienne de surface, Sumimassen, La Bibliothèque Brule, Hanna Fubuki.
On rentre ensuite rapidement par l'autoroute dans la ville, en route vers le quatier tranquile et la petite maison de Ryouta.

Jour 7 - Kyoto, Holala !


Ce soir on joue à Kyoto, au club オララ, How-la-la !
 Yuko chan, la femme de Ryouta veut apprendre des comptines et chansons françaises, elle a un beau cahier avec des dessins qu'elle ou ryouta a fait où elle les notes.
Elle nous en montre quelques unes qu'elle connait et on lui apprend "A la claire fontaine",  "Une sourie verte". Puis on déjeune une fois de plus de la délicieuse cuisine de maître Ryouta, on prépare nos affaires, on fait une petite lessive et on part pour Kyoto.
Le How-la-la est une petite live-house, située au 3eme étage d'un petit immeuble.
Ce soir on partage la scène avec Mami chan, Damomie chan et Ryota ainsi que les Sister Paul. Et c'est aussi l'anniversaire de Susumu-san. Cadeau de françois :
On arrive au moment des répètes de Sister Paul, on fait nos balances après eux. Boules Quies obligatoires.
Après les balances je sors mon ordi pour travailler un peu le son du concert au Para-dice qui avait été super, et comme j'ai un bon son avec mon enregistreur, c'est très bien.
Pour mon costume, j’aurais mon simple pantalon orange, François va me scotcher des cendriers sur la poitrine et me faire un faux tatouage de serpent (qui pête !!!) au marqueur. Me voilà "vicking".

Donc avec quelques victuailles du combini je me met au travail sur une table du café.
Emilie est en Kiki chan trouvé par François ce matin, un couvercle de poubelle pour enfant trouvé dans les poubelles.
Comme Ryouta, le guitariste du premier groupe n'arrive pas, ils ne peuvent pas faire de répète et c'est un peu le stress pour Damomi chan. Pourtant le concert va bien se passer, d'abord c'est quelques chansons dans l'esprit pop des créations de Damomi Chan puis une performance plus torturée comme Ryouta Kun. Sur cette partie Changmi chante avec une jolie voix grave au début qui devient de plus en plus aigüe et forte à force que progresse le morceau.
Puis c'est un groupe de rock qu'on aime bien, "Vice" une nana et deux gars, puis le "groupe d'Albator" parce que le chanteur a un look de pirate: "Silent Head", Sister Paul toujours à fond dans leur spectacle et enfin "Nous" pour finir de saupoudrer le gâteau d'annivesaire des 15 ans du lieu !!
On fait même monter sur scène la serveuse du café pour l'occasion. Et françois monte un morceau surprise, on doit improviser un morceau à la façon des Sister Paul avec comme thème "How-la-la"!!!

On fait donc un "How-la-la punk" et on s'en sort a peut près. On fait un beau concert malgré quelques impondérables, comme les jacks qui se débranchent intempestivement.
Un très beau "Vaille que vaille" aussi. Après le concert on boit encore un verre et chacun va de son cotés. François reste aussi à Kyoto finir la soirée avec "6ter Paul" car demain matin il va visiter le temple Fushimi Inari Shrine aux 10 000 toris.

Jour 8 - Kyoto Blue Eyes


Ce matin je dors tard après une courte nuit. A 11h on part visiter un peu Kyoto avant la répétition a 15H20. On rejoins à pied la station de métro, puis la gare de Kyoto.
On décide d’aller voir le temple aux 1001 Bouddhas, on prend donc le bus et on se promène dans un premier temple, puis un second avant de trouver le bon; à Kyoto il y a des temples partout.
Mais il fait très beau et la promenade est agréable, j’achète un — petite prédiction avec une amulette. L’amulette représente ___ au visage grimaçant. Le message me promet pas mal de bonnes choses; on verra bien.
Le temple au 1001 bouddhas est très beau, il y a effectivement beaucoup de statues, une pour chaque divinités vénérées par le bouddhisme zen. à l’extérieur l’esplanade ou s’entrainaient les maîtres de kyudo, le tir à l’arc japonais.
On se met ensuite en route vers le Blue Eyes, on doit prendre un taxi car ce n’est pas tout près et qu’on est un peu justes.
François arrive un peut après, il a visité le Fushimi Inari Shrine à 6h du matin alors qu’il n’y avait personne et c’était vraiment chouette.
On retrouve ce soir des amis rencontrés hier soir, dont la chanteuse du groupe Redill princess.
Le groupe « Les animaux » au nom français qui s’écrit en katakana レザニモ, et un chanteur de Kyoto sont aussi programmé ce soir le costume d’Emilie est très élaborée et fleuri ce soir, à base de trouvailles de françois.

François quant à lui a un costume de robot déglingué zombie à base de scotch et lampes de poche.
Le premier concert est un chanteur de Kyoto qui fait des chansons dans un style speed et raconte des blagues façon rakugo.
Ensuite c’est Red Ill Princess dont on avait rencontré la chanteuse hier soir et dont la bassiste joue avec nous demain. La scène rock de Kyoto est petite !
Le duo est un peut trop kawaï pour que ça marche vraiment mais la bassiste est bien en Akuma placide.
Il y a ensuite レアニモー xylophone-orgue électrique et batterie qui nous amène sur une route free jazz, mais sans aller trop loin hélas.
Enfin c’est à nous de jouer. On commence avec Sumimassen, puis Aïe, les poissons rouges. On joue aussi Vaille que vaille qui marche bien et La bibliothèque brûle.

Sur Hanna fubuki on invite les gens à danser, puis on les fait marcher au pas sur Le déserteur. Au final le public est séduit et en redemande, on a droit à un rappel !
On joue donc Technicienne de  surface.
Après le concert on attend 1h que le far à qui j’avais donné copie la vidéo de la camera sur ma clé usb; ça prend bien ce temps là, mais il me donne en fait un fichier ultra compressé inexploitable, mais ça on ne le découvrira que demain matin.
En attendant on rentre contents jusqu’à Osaka et le tranquille quartier de Ryouta. De nuit on se fait la petite ballade au combini pour ravitaillement.

Jour 9 - Kyoto Yaso, Akuma à l'ancre noire

 Après une bonne nuit on se réveille tranquillement et je vais dans la cuisine où François et Gaël regardent la performance d'hier. Ryouta se réveille et nous rejoins, il commence à cuisiner pour le déjeuner, on part à 14h.
On fait donc les sacs et on regarde ce qui manque... mon ordinateur !!!! Pauvre br^le que je suis !!! Dis-je me ! Oubliée avant hier au How-la-la club. En France j'aurais déjà fait une croix dessus, mais comme on est au Japon, il suffira de repasser cet après midi au club et de retourner à l'endroit où on pense l'avoir laissé pour retrouver l'ordinateur.
Pendant qu'on finit les bagages (ce soir on retourne chez l'ami Daïshi) François dessine la maison de Ryouta depuis le coin de la rue sur une planche de bois, qu'il va déposer sur le piano où il semble tellement à sa place que personne ne le remarque.
On se met en route pour Kyoto, je récupère effectivement mon ordinateur et on se rend au Yaso pour faire les balances.
C'est le groupe  カーマスードラ qui jouera juste avant nous qui est en train de faire les balances. on reconnait Chiru la bassiste rencontrée hier soir.

C'est un groupe de nanas avec guitare basse voix et batterie, parfaitement rodée et avec un rythme génial.


On fait nos balances après eux et François prépare un programme en blanc sur noir.
Je vais chercher au combini mon habituel Fried Chiken avec bière au thé, et François se prépare, cette fois-ci c'est à l'encre de chine qu'il va se décorer.
Akuma est noir et ses étreintes laissent des taches.
Michihiro nous rejoins, il joue avec nous aujourd'hui. Natsuhico l'accompagne. Il a encore grandit depuis l'an dernier !
La programation est rock ce soir !, il y a  がらんどう,  CheviLL, nous et pour finir
カーマスードラ
Le concert commence par Hanna Fubuki , puis la bibliothèque brûle, technicienne de surface, le Christ, les poissons rouges, Sumimasen et enfin en rappel les loups.
Francois fait danser sur scène Yuko, la femme de Ryouta et aussi une mamie  rock qui s'amuse comme une folle. l'ambiance est super, on trouve notre public et on fait un rappel.
 
On repart vite après parce que pour arriver au Earth café il nous faudra bien 1h de train, on dit au revoir aux amis venus nous voir et puis on file avec le van de Ryouta vers la gare avec Yuko dans notre coffre.
On prend un train rapide, et on arrive pas trop tard au café ou on finis par manger des somens délicieux et du poisson grillé préparé par Daîshi, il nous demande 500 yen mais on négocie et il finit par accepter de conclure l'affaire a 1000 yen ! 
 

Jour 10 - Osaka Hokage - ShouYou


François se lève tôt aujourd'hui pour aller au SPA. Mais je décide de dormir encore un peu plus. Je commence par retravailler un peu la vidéo du 3 juin au Para-dice et a lancer le rendu. En même temps je complète le récit de nos aventures sur le blog d'Uchronie.
Enfin vers 13h je descend dans le café de Daïshi. Alors que je m'installe avec mon ordinateur ne vieille dame avec un sac de guitare sur le dos. C'est Shoyou une amie de Susumu-san qui nous à mis en contact avec Daïshi. Dans son sac de guitare, il y a une scie musicale et des minis percussions. Du coup on essaie une improvisation sur "Le Christ" qui marche bien et on se dit qu'on remettra ça, du coup on invite Shoyou à venir jouer avec nous demain au Hard Rain.
On va déjeuner dans un restau à la musique horriblement kitch un Tonkatsu moyen. Puis on va faire un tour a Don-Kirote, un supermarché du gadjet où on trouve plein de truc marrants et inutiles. Il y a un sabre laser (presque vrai) des tonnes de masques, combinaisons, gadjets électroniques.
François achète de la peinture pour la peau et Gael se trouve un sac à dos confortable.
On retourne au earth cafe. François décide de se faire caligraphier plein de mots sur le corps par Daïshi et Shoyou. On propose des mots divers qu'ils écrivent en kanji à l'encre de chine sur la peau de Pine d'huïtre.
J'en profite pour discuter Avec Shoyou. On parle de Myasawa Kenji dont j'essaie de lire la nouvelle "双子の星". En fait c'est une spécialiste de cet auteur et elle a carrément fait sa thèse sur lui.
Vient le moment pour nous de partir; direction Hokage, une live house en sous sol avec un décor mixte de cave et de garage et où les loges puent l'égout.
Quant on arrive c'est Sano qui nous accueille. On s'installe et on fait nos balances. Puis Sano et son pote bassiste font les leurs; pendant ce temps je vais m'acheter quelques fried chikens et une bière au thé que je déguste en écoutant les improvisation bruitiques des musiciens qui répètent.
Ce soir le programme est sympa on commence par "Ange", puis "Aie","Technicienne de surface", "Ecris moi"...
La caméra est suspendue à un foulard au centre de la pièce, François s'inspire du tournage d'"In between days" des Cure (85, sa jeunesse !). Plus tard c'est Yumi chan rencontrée le soir du Para-dice qui prendra la camera. Il y a aussi Ayan qui est venue prendre des photos et puis la jolie Juri dont on fait la connaissance ce soir ainsi qu'un autre coreligionnaire du nord de la France: Matthieu.
Après le concert on doit reprendre rapidement la route du Earth Cafe pour ne pas rater le dernier metro. Le Udon est fermé du coup on va manger des Yakisoba dans une gargote. La patronne d'Okinawa est a moitié sympathique mais on mange bien avant de rentrer s'endormir devant "The Ring" qu'on aura vu qu'a moitié.

Jour 11 - Osaka Hard Rain


Aujourd'hui, de bon matin je commence à réparer la borne wifi qu'on a loué pour notre voyage au Japon, puis je met en ligne la vidéo du concert au Para-dice, je prend une douche et me prépare et commence le résumé du jour quand Daïshi viens me chercher; il a des choses à me montrer.
Ce sont des kimonos et vestes de kimonos de belle couleurs vertes qu'il propose de nous donner. Très chouette ! Tokiko la photoghiste; voilà craphe est là. Du coup j'en profite pour regarder les photos de ses voyages à Istambul qui sont dans de petits albums qu'on peut consulter au café. Beaucoup de photos de chats.
On va manger dans un restaurant de grillades et François et moi on va acheter un costume d'étudiante japonaise a Don Kirote.
On retourne à Earth Café et on fait la connaissance avec un bonze joueur de flute. Du coup faire une improvisation guitare flûte sur "Le christ aux Oliviers" haillé en collégienne et avec un moine boudhiste; voilà c'est fait.
On se met en route pour le Hard Rain, François fait tout le trajet avec un énorme tête de lapin en polystyrène sur la tête.
Au Hard Rain on retrouve Michihiro qui va jouer avec nous ce soir. On fait la balance puis c'est Shouyou qu'on a rencontré hier qui arrive. Elle va jouer avec nous aussi de la scie musicale sur "Le Christ" (et plus si affinité). Elle m'offre le livre qu'elle a écrit sur Myasawa Kenji et m'explique aussi comment il est ecrit. C'est assez marrant. On a toutes les strates d'élaboration du roman au même instant sous les yeux.
On va acheter des bières et des suchis, fried chikens et edamame et on va les manger dans un petit square. Puis on va écouter le concert.
Il commence par un groupe psychédélique à la Jefferson Airplane, puis un chanteur schyzo-folk-hard rock, puis un grouppe de free jazz bruitique et c'est à nous.
On commence par Ange suivi du Christ aux Oliviers puis La chance, La bibliothèque brûle, Hanna Fubuki, Sumimasen et Aie très torturée et réussie.
Après nous il y a un groupe de chanson folk sympa. On boit un dernier verre de Shoju qui échauffe les esprits avant de reprendre la route de l'auberge de maître Daïshi. Avant de rentrer on va manger un Udon dans la gargotte des petits vieux qui par chance est restée ouverte.

Jour 12 - Nagoya 夜空に星のあるように


Ce matin, après une courte nuit car on s'est couchés super tard à cause du blog et du rendu de la vidéo d'hier, on se réveille vers 9h30. On doit partir vers 10h pour le shinkansen afin d'être à 11h30 à peu près à Nagoya.
Daïshi vient  nous voir alors qu'on est en train de plier nos affaires; il a reçu un appel de Shoyou qui pense qu'il y a une meilleure façon que le shinkansen d'aller à Nagoya; mais comme c'est plus long on prèfère quand même le shinkansen. Alors Shoyou va venir au Earth café parce qu'elle veut nous accompagner à la gare.
Du coup on l'attend dans le café et on part avec elle et Daïshi pour shin-osaka. La belle équipée. Après des embrassades amicales, Shoyou me tend un sac avec des bouteilles d'eau et une petite enveloppe "Bandohan karadesu"; c'est pour nous payer un déjeuné !
On arrive une heure à peine après à Nagoya où Yuko nous attends, on charge les affaires dans sa voiture et on prend la direction d'un grand centre commercial.
On déjeune d'un tonkatsu de centre comercial et puis on rejoins Bara san et Koji dans le studio et est dans un magasin de musique Shimokura.
On travaille "La Chance", "Le deserteur", "La bibliothèquebrule", "le christ", "Hanna Fubuki", "sumimasen", "ecris moi"...
Puis on enchaine et on se rend à la livehouse du jour 夜空に星のあるように, ce qui signifie "Il y a des étoiles dans le ciel".
C'est un petit salon très cosy en sous sol, tenu par un vieil homme et ses enfants. On s'installe et on fait nos balances; l'athmosphère est très sympa.
François se peint en noir et met en costume un des kimonos offert par Daïchi blanc et violet.
Et Emilie c'est à Emilie de s'habiller en collègienne aujourd'hui !
 On va manger des giozas en buvant une bière en attendant le concert. Première partie Atsuko, toute jeune fait des chansons kawaï à peine rock.

Puis c'est des chansons à texte sur un ton un peut rock qui énerve françois, et enfin c'est nous. François descend de son nid qu'il c'était trouvé et où il est resté tout le début de la soirée et investi la scène.
Rapidement tout les spectateurs se retrouvent interpelés, pris a partis et même mis à contribution au spectacle.
Après le concert on passe un long moment dans cet endroit familial et sympa à tchatcher de tout et de rien, buvant des bières et mangeant des Edamame.
Ce soir on retrouvera les tatamis de la chambre d'amis de Yuko chan.

Jour 13 - Nagoya Kafé Kanon


Réveil tranquille vers 11h; la guitare dont j'ai changé les cordes dans la nuit est toujours bien accordée et le son est meilleur.
On fait une lessive et on se prépare pour le concert de cet après midi.
Pour le déjeuner, un bol de riz, une soupe mizo et un onigiri acheté au kombini.
Comme finalement on part a 15h de la maison de Yuko, Changmi nous rejoint, on la retrouve en voiture alors qu'on va au magasin de musique acheter des cordes et un grand cable Jack.
Changmi et moi on se rend au café Kanon en bus et train, François, Gaël et Emilie prennent la voiture de Yuko.
En chemin on achète des pains français, pas si bons !
Changmi à besoin d'un cordon d'alimentation pour son téléphone, du coup on rentre dans un magasin ou je trouve aussi un mini trépied pour appareil photo, petit, léger et pas cher.
On rejoint le reste de la troupe au café Kanon qui est un joli café de quartier. Au premier étage il y a un petit appartement à notre disposition pour se reposer et prendre une douche après le concert. C'est très sympa.
François s'habille en Miss-HIroshima-Candie-post-apocalyptique-horrible !!!!!
Emilie est en mode japonaise, Gaël à son costume des grands-jours, et je suis en mode: "Maître Yoda se met au Shamisen".
On s'amuse au kombinie en attendant le concert. En première partie c'est Makiko qui danse sur la musique saturée ambiante du maitre des lieux. Puis c'est un orchestre de jazz swing, et nous.
Après la performance d'introduction de françois qui reprends les génériques des dessins animés de notre enfance on commence avec Zorro,  Ecris moi, la muse en noir, Ahou Ahou, Les loups et Sumimassen.
Concert très dynamique et amusant, on reçoit vraiment un accueil extraordinaire.
Après une douche bienfaisante et quelques aux revoirs on prend la route du retour vers nos tatamis.
Avant que françois ne corrige en noir, Taizo avait écrit "Uchronie Japan TUER !!!" effectivement on les a tué tonight !!!
 

Jour 14 et 15 - Nagoya Tokuzo puis repos et onsen.

  Ce soir on va jouer dans une des plus belles petites salles de Nagoya  : Tokuzo.
Je doit me lever vers 10h pour repeter avec Koji san. On doit se retrouver dans un studio dans un centre commercial, un peut semblable a celui d'avant hier.
Emilie reste dormir un peut et Francois, moi Gaël et Yuko on part au studio.
On travaille particulièrement "La bilbiothèque brûle" car c'est un morceau ou le saxophone apporte beaucoup. On travaille en détail, Gaël est en mode whiplash. On essaie aussi le Christ et Hanna fubuki avec une petite flute indonésienne.
Après la répétition on se rend directement à Tokuzo, François est déjà la car il est venu a pied depuis le studio, il mange du melon appétissant. On installe notre matériel et on fait les balances sans Bara san qui n'a pas pu se libérer.
On va ensuite manger un guidon, Bara san nous rejoins là, puis on retourne se reposer à Tokuzo.
Je fait une bonne sieste jusqu'a 18h.
Les spectateurs arrivent vers 18h30, beaucoup d'amies de Yuko sont venu; il y a aussi Eri chan rencontré il y a deux jour et qui c'est mise sur son 31.
En première partie il y a 東海道スモッグブラス avec Yasuhiro qui jouera aussi de la guitare electrique avec nous sur "Le Christ".

C'est du Free Jazz de bonne qualité avec un super orchestre. François, habillé en miss Hiroshima-Sadako (c'est a dire la Kandi Kandi nucléaire d'hier avec en plus une longue péruque noire) danse et invite les spectateurs à se joindre à lui pour des danse endiablès (Yumi chan, Eri chan).

On profite aussi de la bonne nouriture et du saké atsukan très bon de Tokuzo et notamment de son excellent Tofu.

Puis c'est à nous. Gros flip avant le concert, j'ai perdu mon accordeur. Yasuhiro me prette le sien, d'abord en piezzo puis une pédale; j'arrive finalement à m'accorder normalement. On commence tranquillement par "Les poissons rouge", puis "La Chance", "Les loups", "Le Christ", "La bibliothèque", "Ange", "Amours chiennes", "La route des fleurs", "Le cintre", "Le deserteur", "Sumimasen" et enfin Hanna Fubuki.

Après ça on est bien fatigué, et on va bien mériter notre journée de repos de demain. On reste quelques temps pour boire un verre et discuter avec les amis et puis on rentre chez Yuko.
 Ce soir pas de blog ni de debreifing, mais avec Emilie et François on regarde Starwars épisode et la sagesse enfantine de Maitre Yoda nous emerveille toujours autant.

Le lendemain on profite bien de notre journée de repos pour dormir tard, et on va au Onsen l'après midi. C'est à cotès de Nagoya dans les montagnes, au passage on va acheter un nouvel petit accordeur. Le onsen est très agréable, on y reste une petite heure avant d'ller manger une glace et boire de la bière frappée.

Puis on prend le chemin du retour, ce soir on va manger des suchis avec Changmi chan, dans un des meilleurs retaurant de suchis de Nagoya, vraiment délicieux. Très belle soirée ensuite, on monte sur la grande roue de Nagoya et autres ballades frissonantes.

Jour 16 - Hamamatsu KIRCHHERR


Je rentre dans la nuit avec mon sanchin à la main, il est déjà tôt, alors je dort jusqu'a 11h/ Après il faut préparer les affaires, faire une dernière lessive et on va partir pour Hamamatsu et retour dans la journée pour passer une dernière nuit chez Yuko à Nagoya. Demain on part pour Yokohama, puis Tokyo pour quinze jours de concerts.
Sur la route pour Hamamatsu on fait une halte et on mange des saucisses grillès au fromage et des tokoyakis.
On arrive un peut en avance au Kirsher, finalement les balances ne seront qu'a 17h,
 pas grave on se ballade dans le quartier et françois repère un bon izakayas à huitre ou on reviendra après les balances faites se régaler pour certains d'huitre, pour les autres fried chickens, choux mainée dans une persillade et bouillons bœuf légume.
A 19h on retourne au Kirsherr, la première partie est une jeune fille très timide qui fait une musique electro interessante Bokugo.
Il y a ensuite un groupe de rock balades romantiques, puis nous.
C'est Emilie qui à fait le programme d'aujourdh'ui.
On commence par "Le christ", puis "Amour Chiennes", "Hannafubuki", "Ils sont fous", "La chance", "Le deserteur" "Sumimasen", et Enfin un très beau Ecris moi", capté magnifiquement par les yeux de Yuko derriere la camera de françois.

Jour 17 - Yokohama L'oeuf


Aujourd'hui On va jouer à Yokohamadans un lieu qui porte un nom français: l'Oeuf.
Gaël me reveille a 11h; après une courte nuit de sommeil, puisque je me suis couché à 5h après des heures de montages videos. On fait les sacs et Yuko nous conduit à la gare de shinkansen. Aujourd'hui, il fait très chaud, c'est vraiment le temps estival.
Dans le shinkansen, qui met a peine une heure mais coute bien 10000 yens, je mange un Mizokatsu froid en buvant une bière.
A Yokohama on change pour le JR line de la ville et on se rend à la station de métro la plus proche du lieu et on marche ensuite 10mn environs. J'ai mon gros sac, la guitare et mon sanshin dans son hard case; ça fait un peut lourd.
On va a l’œuf et on rencontre Ikuo qui travaille dans un bar a bières belges juste à cotés.

C'est un ami de Takapatch qui viendra aussi ce soir, il parle français parfaitement car il a vécu a Paris. Il nous conduit à l'endroit ou on va dormir qui se situe au dessus de son bar; c'est une sorte de bateau en bois planant au dessus des toits de Yokohamas; et il y a aussi une vigie !
On s'installe et on se rend à la Livehouse faire les balances et boire une bière. Ikuo nous raconte sa vie, il a enseigné le mime à Paris et a fréquenté pas mal de monde aujourd'hui connu dans le monde du cirque. Sa vie est passionnante on a l'impression qu'il en a eut mille ! Il nous fit remarquer que la porte de son bistrot viens de la maison du jazzman Benny Goodman.
Son lieu est une caverne d'Ali Baba magnifique. Il y a un grand trapèze au milieu de la pièce, une corde et une échelle. De nombreux objets et accessoire issue du monde du cirque.
Un limonaire et un grand panneau avec des vitraux.
Takapach nous rejoins et on répète encore quelques morceaux avec lui avant de commencer notre concert en trois parties, séparées par des pause de 15mn durant lequelles on peut passer le chapeau à un public plusieurs fois généreux.
Yukari fait trois belles interventions de jongles sur "Le cintre", "Ange" et "Hanna Fubuki".
On fit une belle soirée. Emilie me demande de préparer une margarita, mais en secouant le shaker le bouchon m'échappe et le cocktail s'étale sur mon samué. Finalement tout n'est pas perdu et on boira bien ce cocktail délicieux.
A nos dos fatigués Yukari fit le don magnifique de ses massages merveilleux et inoubliable.
On finis la soirée invité par Ikuo et Yukari un bon Oyako don et une bière.

Jour 18 - Répétition à Koenji fête à Teacher Lodge

Aujourd’hui jour de "repos", on se lève à 8h pour nous rendre à Koenji vers 10h où on a rendez vous avec Asari Chan et Takapach pour une séance de répétition.
On rejoint donc le Shinkansen, puis la Yamamote line, puis la chuo line avec nos gros sac sur le dos. Asari arrive avec un peu de retard, mais on commence à travailler Liberté. Takapach nous rejoint et on fait une grande séance de travail sur "La route des fleurs", "Sumimasen", "Ecris moi"... et une longue partie est consacrée à "La biliothèque brûle". On sort de la séance vannée et on va manger avec Takapach un bol de riz avec du poulet, même type de restaurant qu'hier soir.
On répare la borne wifi, puis on se rend chez Ryusuke. Gaël change avant Kanda, Emilie et moi on poursuit jusqu'à Tokyo station et on change pour la Yamamote line. C'est quand même Gaël qui gagne de 7mn.
Après un peu de repos et une douche on se reprend le métro pour traverser Tokyo, on retourne à la Teacher Lodge, où on a rencontré Stephane Katherin et Ikué au début de notre voyage.
On boit un verre et on fait un mini concert dans le jardin. C'est l'occasion de rencontrer Sabine qui vient d'autriche, Thomas qui vient de Nouvelle Zélande, Hajime qui fabrique des poupées étranges et un russe qui fait du culturisme. Puis on rentre dans la cuisine et on se régale avec de bons Gyozas préparés par Katherin et Ikué.
François se transforme en Massage man incontrolable sous l'effet de la vodka-pomme.
Retour folklo dans la Yamamote line, le fantome de Piaf se réveille et ronchonne après les japonais accrochés à leur portables.

Jour 19 - Tokyo Dennatsu


Ce matin on à eut droit à un parfait petit déjeuné préparé par Mr François. Des oeuf coques avec du pain grillé et du bacon et du jus d'orange. On profite ensuite de la matinée pour envoyer des mail, contacter les amis sur Tokyo et envoyer les vidéos des précédents concerts.
On va ensuite manger les premiers excellent tsukemens depuis le début du voyage (a cotés de l'appartement de Ryusuke). Je choisi la version pimentée avec beaucoup de nouilles.
On prend le train pour Koenji; on doit changer à Shinjuku. On trouve rapidement la livehouse, et je comprends vite que je vais avoir besoin de bouchons d'oreilles donc je vais a la pharmacie en acheter.
 On fait nos balances plus tard que prévu parce qu’on attend Mr Takapatch; en attendant on mange des bonbons au cassis bizzare.
Mr Takapatch arrive; on peut faire nos balances et attendre tranquillement le début des concerts à 19h.
La soirée commence avec un duel de guitar-hero, plustot bons mais toujours au taquet, très technique. C'est bon mais il manque une histoire. J'aime beaucoup le troisième groupe, très spectaculaire, un très bon batteur et un guitariste virtuose, une super batteuse. Le résultat est vraiment super. Le groupe juste avant nous est plus commun.
On commence en force avec Le déserteur puis La chance, Le christ, HannaFubuki et Sumimassen; on finis en force. Très bon retours de notre public une fois de plus; on c'est vraiment bien amusé.
Il pleut fort; on reste jusque tard à discuter avec Katherin venu prendre quelques photos. Au même instant a l'autre bout de Tokyo, Yusuke san se transforme en Ninja pour rentrer chez lui par la fenêtre de la salle de bain.

Jour 20 - Tokyo Wild Side

Aujourd'hui, c'est au Wild Side qu'on va jouer. Le matin est consacré au blog et aux diverses vidéos, notament celle très belle prise à l'Oeuf à Yokohama, Ange qui se poursuit avec technicienne de surface. On fait un beau montage.
On se rend ensuite à Shinjuku et on trouve le lieu. C'est une très belle cave haute de plafond; le grand luxe. On fait les balances tout de suite; le son parait très bon, et on va s'installer dans les très spacieuses loges. Là on se repose encore un peut, on écris notre programme et on fait une ballade dans le quartier.
Mr Takapatch nous rejoins plus tard. Aujourd’hui il à apporter une tenue indienne très seyante; demain, il nous promet un kimono !
François refait son costume scotsh déglingo avec des morceaux de tout ce qu'il a pu trouver; c'est horrible.
 Il y aura six groupes aujourd’hui, ça fait pas mal de monde qui se croise dans le sous sol !
Le thème est plutôt punk rigolo, mais certains artistes paraissent bien.
Ce soir Keiko chan rencontré l'an dernier à Saravah viens nous écouter; c'est chouette.
Le premier gars est seul sur scène, il fait un groupe de punck à lui tout seul ! beaucoup d’énergie et une guitare énorme portée très bas en bandoulière.
Ensuite c'est l'organisateur de la soirée qui fait une performance a base de projections et improvisation a la guitare. On comprends pas tout mais ça a l'air marant. Le groupe suivant et un duo très drole. Un des gars fait de chansons dans un registre très sérieux, pas l'air de plaisanter, le second fait le clown tantot en extraterestre, en professeur es ovni, en dark vador... surealiste et très drole. Ensuite c'est du dark métal et un groupe de jeunes.
Puis on joue en fin de soirée. On commence par Hanna Fubuki façon "solcarlus" et on enchaine avec la chance puis le christ et je casse une fois de plus ma corde de MI aigue.
Les morceaux suivant sont le déserteur et sumimassen; je sais que je peut m'en sortir sans corde de mi donc ça passe tranquillement avec quelques petits arrangements. Au bilan encore une bonne soirée très electrique.
Le soir est doux, on décide de marcher tranquillement jusqu'a Shinjuku avec Keiko san.

Jour 21 - Tokyo Penguin House


Ce soir on joue dan une petite livehouse à Koenji : la Penguin House.
On profite de la matinée très calme pour faire une lessive tranquilement mettre a jour le blog, puis François propose d'aller dans un Onsen de Tokyo : Sakura Onsen près de Sugamo.
J'y vais deux heures après et je le croise à la sortie.
Le Onsen, bien qu'un peut cher est très agréable. Comme il pleut, c'est agréable de se rendre dans le bassin à l'extérieur avec la petite pluie agréable qui picote et fait des ronds.
Il y a aussi un bassin massant. Après le bain, je me repose et bois une bière, avant de rejoindre la JR Line.
Je prends le trin vers Koenji, là je vais das un lawson pour avoir du wifi et chercher un magazin de musique pour trouver des cordes de guitare.
Je ne trouve pas les bonnes cordes que j'ai mais j'achète des cordes Everly pour guitare folk.
Puis je me rend a la livehouse, j'arrive avant François Gael et Emilie, du coup je discute un peut avec Asari qui joue de la batterie avec nous ce soir.
L'endroit est tout petit, il y a une batterie et c'est un groupe de blues qui est en train de faire des balances. Ca larsenne a mort et c'est pas très agréable. Mr Takapatch arrive et on peut faire nos balances.
On joue en second. Avant nous il y a un groupe de Blues. Ce soir c'est moi qui ai fait le programme. On commence par "Summertime" avec Emilie et Takapatch, puis Liberté, La chance, La bibliothèque, Le christ, Sumimassen et Hanna Fubuki.
Les amies de Takapatch rencontrés a l’œuf de Yokohama sont venus une nouvelle fois nous écouter.
On reste écouter sagement les autres groupes, avant de partir le patron me fait un signe : ce soir on a gagné 750 yens...
On rejoins la gare de train et on prend celui qui va jusqu'a Shinjuku et repart en sens inverse, ce qui signifie qu'il repasse a Koenji et même dépasse. On part donc dans la mauvaise direction.
On s'en rend compte pas trop tard et on finis par trouver le bon train. Du coup on prend un des derniers de la Yamamote Line, un vendredi soir. Expérience intéressante mais avec un gout de déjà vécu sur la ligne 13.

Jour 22 - Half Moon Hall


Ce soir ce n'est pas dans une Lvehouse ordinaire que l'on va se produire. Asari nous a expliqué hier, c'est en fait le hall d'une très grande maison dan un quartier résidentiel chic de Tokyo; la classe !
Donc le matin, après les travaux informatiques et les mails habituels,  je me rend du cotès de Ochanomisu, qui est un quartier proche de l'université de Tokyo et ou on trouve plein de magazins de guitare entre autre.
Je vais dans un spécialisé dans les guitares électrique et on me conseille des cordes de la marque "Elixir" qui casse moins facilement que les autres. Je vais aussi dans un autre magasin, de guitare folk et on me conseille un jeu de Martin.
J'installe les martins et comme le tirans est fort je fait régler le manche par un des techniciens du magazin. Puis je me ballade dans le quartier et rejoins la ligne de train vers Shinjuku puis je change pour Shimokitasawa ou on a rendez vous avec Asari. C'est Takapach qui arrive en premier, puis François et enfin Gaël. Comme Emilie est un peut en retard, Gaël reste l'attendre et François, Takapach et moi on va acheter a boire et a manger dans un supermaché du coin.
La maison est très grande et le grand hall ou on va jouer très sympa. Au moment ou on arrive un cours de danse viens de se terminer, la prof parle très bien français car elle à étudié à Paris et en suisse.
On installe les guitares, les micros, on fait les balances et des invitès arrivent déjà. Le concept est celui d'une grande Jam session. Il y a de belles improvisation entre François, le piano et Takapach.
On joue a partir de 8h, Asari a choisi le programme sur un tableau blanc ou François a écris l'ensemble des morceaux qu'on peut jouer.
On commence par Hanna Fubuki,
Ce soir Ikué, Katrin et une autre amie de teacher Lodge sont venu nous écouter. Il y a aussi un ami français d'Asari.
La soirée sympa se finit vers 10h, il reste a ranger le matériel et se dire au revoir avant de rejoindre le métro du retour.

Jour 23 - Yasumi hiru Izakaya


Aujourd'hui est un jour de repos, après un sommeil lourd je me reveille vers 10h30, une douche et je m'attaque avec l'aide de Ryusuke a limer les frettes de ma guitare qui font un peut de bruit.
Je doit changer mes cordes une fois de plus et passer des matins aux Elixir a cause de la corde de sol qui casse a la base lors de l'accordage.
On va ensuite manger des tsukemens avec Gaël et Ryusuke avant de retourner se repauser.
Le soir on fait une petite ballade jusqu'au quartier d'Asakusa pour aller diner dans un Izakaya recommendé par Ioshi, le directeur de la brasserie Shinkme de Saitama.
Il y a plein d'amis invitès : Ryusuke et sa copine, Susumu et Maki de Sister Paul. Dans l'après midi François et Emilie ont trouvé un trésor qu'ils partagent.
On mange bien et on bois du super saké.
On rentre a pied en chantant des chansons françaises. Et on finis cette soirée en regardant Dark Crystal en VO sous titré anglais.

Jour 24 et 25 - Tokyo Ringoya - Yasumi hiru


Aujourd'hui on devait avoir rendez vous pour une interview mais la journaliste nous préviens le matin que ce n'est pas possible aujourd'hui; on essaiera vendredi matin. Du coup on profite quand même du petit déjeuné préparé par François : des oreilles d'ours à la bananes délicieuses.
En début d'après midi je retourne à Ochnomisu racheter des cordes et demander s'il est possible de régler la guitare qui frize.
On me propose de changer la première frette pour 8000 yens (50euros); je ne me décide pas aujourd'hui mais j'y retournerais peut étre jeudi.Je flane ensuite dans le quartier sympa et retourne chez l'antiquaire ou j'étais allé l'an dernier. De beau livres illustrès de l'époque EDO, 19eme siecle. Et des estampes magnifiques.Je flâne une petite heures dans ces vieux papiers.Puis je retourne à la gare traverse la riviere et rejoins la station de metro :  direction Ikebukuro.Grâce au freewifi des kombinis je n'ai pas de problemes pour trouver la direction de la livehouse après étre allé faire un tour au magazin Bic Camera.C'est une livehouse très mignone en sous sol, on se déchausse et on marche sur des galets avant d'entrer dans la salle, assez grande et jolie.On fait nos balances plus tôt que prévu. J'ai un petit problème de saturation qui viens finalement de la pile qu'il me faut changer.La programmation ce soir est intéressante; on joue en dernier. Junichiro violoniste fou qui me fait penser à Agathe croisé il y a quelques années un soir à Paris, ame maudite qui vociférait en jouant comme un diable et tournant sur elle même. Ensuite il y a un groupe de musique du monde avec une percusioniste qui joue des taiko avec un esprit un peut africain, un bassiste et un Didjiridou.
 Un duo basse-chant sympa, puis un trio chant piano-bassiste qui racontais une histoire.
Enfin on joue, après une introduction-prèche du père François, on commence avec une belle energie notre tour de chant, Junichiro se joins à nous sur Aie et Les loups.
Après notre tour de chant on reste un moment à discuter avec Nicolas et Katrin venu prendre des photos.
Puis on se met un peut en retard en voulant copier les videos filmés par la caméra du lieu; c'est le stress pour rejoindre la station de train, mais on arrive a attraper un des derniers et on rentre tranquilement chez Ryusuke. Pas de chance le bon Tonkatsu est fermé, on se rabat sur des makis de konbinis et une glace au thé vert pour se consoler.
On passe une bonne nuit et on se lève tôt pour partir a la campagne chez Miho avec qui on a été mis en contact par Sylvin Kodama et avec qui on c'est trouvé plein d'autres amis en commun. Pour aller a la maison de Miho et Katsu son compagnon on doit prende un bus a Shinuku et rouller 2 heures, jusque dans les montagnes et descendre a un arret perdu au milieu de la campagne, un arret appelé Sutama au milieux des rizières; on retrouve Miho qui après étre allé porter du courrier a la poste et du savon chez le docteur nous amène a son village et nous présente un artiste qui travaille le cuir. Il fait des sandales vraiment magnifiques.Puis elle nous conduit a la maison magnifique dans la montagne que Katsu a construite avec des morceaux de la maison des parents de Miho. En chemin on croise des dains sauvage qui nous regardent tranquilement passer. Il parrait qu'il y a aussi des singes.La maison est magnifique et spacieuse, très zen, très aristique. On s'y sent parfaitement bien pour se reposer aujourd'hui.
Il y a un orage dans l'après midi, après le repas de Rizoto et salade, du coup François qui attendis ça depuis ce matin est très content.
On se repause la plus grande partie de la journée. Il y a deux endroits ou on s'installe la petite maison dehors et la pice du haut avec des tatamis, vraiment belle avec une vue superbe.Le soir deux amis de Miho et Katsu viennent manger des soomens et de la soupe mizo. Il y a une amie de Miho qui habite une maison en forme de dome, a une quarantaine de kilometre et Ken qui parle bien français et tiens un restaurant de Ramen.Il est venu en france pour etudier les beaux arts. La soirée se passe en discution interessante japonao française et on regarde la bonne video du concert de Den atsu.
Finalement je m'endort sur le canapè pendant que Miho et Gal discutent de la vie de musicien en france et au japon.

Jour 26 - Ryngoya

On se reveille avec le soleil, François, lui, c'est levé beaucoup plus tôt et est partie se promener dans la montagne en fac avec Ululu, le chien a 3h30 dans la nuit !
Je me lève vers 9h et après la douche je part moi aussi en ballade, je vais voir le petit temple shinto indiqué sur la carte. On le trouve facilement après étre redescndu dans le village et avoir traversé le pont.
Je rentre a la maison après cette ballade qui m'a ouvert l'apétit et Miho est en train de préparer des crepes pendant que françois lui raconte son Tarot. On se régale ensuite en les degustant arosés de sirop d'érable, confitures maison ou miel de Chiba.
Aprs le déjeuner, Miho et Katsu nous ammènent voir une rivière dans la forêt. Très beau paysage qui rappelle le sidobre; il y a un gros rocher en équilibre qui fait penser au chateau dans le ciel de Myazaki.
Puis on va reprendre le bus vers Tokyo Shinjuku, puis la Chuo line, aujourd'hui on va jouer en Banlieu, au delà de koenji !
Mais ça ressemble toujours à Tokyo. Il y a des rues très commerçantes, c'et là que ce trouve Ringoya.
Takapatch et Asari nous rejoignent et on fait les balances. Puis je vais acheter a manger dans la boutique qu'on a vu en venant et ou des gens faisaient la queu sur 20m.
Je prend des boulettes de viandes et je vais acheter Onigiris et Fried chiken au Combini. Je m'installe sur un banc et je vois Takapach qui cherche un restaurant, je l'invite a partager mon festin et on discute, de la france, d'avignon, des kathares, du japon, des japonais et de leur gout pour la délation.
Puis on rejoins la livehouse. Ce soir on partage la scène avec 5 groupes dont Sister Paul, et on joue en second, après un groupe de jeune J-Pop. Il y a du monde dans la salle et une bonne ambiance; on fait un concert assez dynamique, françois a commencé par retirer la barrière entre la scène et le public. J'essaie de faire abstraction de mes cordes de la et de ré qui frisent.
Après nous, il y a une chanteuse de blues-Saoul, puis Sister Paul qui fait un beau concert et le son est agréable on comprends bien les paroles; il y a même une spéciale dédicasse pour nous "sumimasen, gomennnasai, dogeza".
Le dernier grouppe enfin est interessant, et les paroles de leur chansons sont inscrite sur un tableau, j'arrive a lire certains kanjis.
Une amie des grouppes a préapré et apporté du fried chiken ( encore !!!) et on se régale.
Ce soir on rentre dormir chez Keiko, et on redéménage demain car tel est le destin des effrayants français au Japon, le nomadisme de salon.

Jour 27 - Shibuya, Last Waltz


Keiko c'est levé tôt pour ammener les enfants à l'école. A son retour elle nous prépére un petit déjeuner. Je bois du café préparé avec juste un filtre et une tasse.On part vers 10h. Emilie Gael et françois vont a Meguro pour retrouver Sachio chez qui on v dormir, dans la maion de son frere.Moi, je vais a Ochanomizu pour faire changer la frete 0 de ma guitare car elle est trop basse et les cores de la et de re freeze un peut.Je vais a la boutique ou on m'a bien conseillé pour les cordes et proposé de faire la réparation mardi pour 4000 yens.La boutique ouvre mais on m'explique que le luthier n'est pas la et qu'il arrive vers midi et que ce sera probablement difficile de faire la réparation aujourd'hui avant 15h. Je fait donc tous les magazins de guitare de Ochanomizu, mais a chaques fois on m'explique qu'on peut effectivement le faire mais que ça prendra une semaine. Je reviens finalement a la boutique du debut et le luthier est arrivé; Le vendeur me propose d'aller le voir directement. Il est sympa et accepte de changer la frete pour 15h. Ca me coute 4000 yens.En attendans je fait l'aller retour avec l'appart de ryusuke et reviens avec mon sac lourd et mon sanshin à l main, chargé comme un mulet.La guitare est bien réparé; c'est un super boulot et je reprend la route vers Shibuya, le pas guilleret.Sans pobleme je trouve la salle de concert; Asari chan et Takapatch sont déjà la, Emilie, François et Gaël arrivent bientôt. Aujourd'hui on va jouer en dernier.La première partie est un duo piano-batterie minimaliste, un peut dans l'esprit dessin animé d'Hanna, qu'on avait rencontré la première année. Puis c'est au tours d'un duo très drole et convainquant dans un univers cabaret décadant. Puis Ai au piano noir façon Barbara, mouvement très lents et belle paroles. 
Enfin c'est a nous. Je sent une belle energie ce soir. Très content de ma guitare bien réparé, je met une ardeur nouvelle et joue joyeusement.
en plsu de nombreux amis sont vens nous écuter aujourd'hui dont Ryuuka, rencontré au printemps à Paris, caligraphe avec qui nous avions fait une performance dans les ballons géant d'Akihito.On rentre en Taxi jusqu'a Meguro car nos baggages sont lourd et on attend un peut Sachio dans le petit square avec un bel arbre a cotès de la maison.Après avoir rattrapé 3 jours de blog, il faut se coucher a présent car demain on a rendez vous avec Karyn, corespondante AFP au Japon.

Jour 28 - AFP, centre d'art contemporain, shibuya seventh floor


Ce matin, de bonne heure François est deja en train de ranger le salon de la maison ou on habite. Il exhume un tresor, des billets anciens, de vielles cassetes...
Gael se met aussi a la tache et moi, je vais au kombini acheter des œufs et du lait pour le petit déjeuner.
Quand je reviens Gael est monte au grenier et a trouve un jeu de karuta, une pierre a encre et des albums photo anciens.
On doit partir vers 11h pour se rendre à Ginza car on a un rendez vous avec une journaliste de l'AFP pour une interview.
On trouve notre route mais on galère un peut a la fin et on arrive avec 15mn de retard. Le siege de l'AFP est dans un grand immeuble blanc moderne. On passe 1 bonne heure vec la journaliste, c'est interessant. Un photographe de l'agence devrais venir nous photographier demain, La journaliste viendra peut étre aussi.
Ensuite François nous ammène vers le sud de Ueno, d'art contemporain amusan ou on se promène, on flane et fait du shoping. On voit a peine la copine à sebastien, le pote de françois qu'on etait venu rencontrer.
Ensuite je doit retourner a la maison (meguto sta) recuperer l enregistreur et filer a shibuya a la livehouse.
mas la yamamote line a du retard et je me perd un peut, du coup j'arrive trop tard pour qu'on puisse faire les balances.
Tant pis on les ferra rapidement juste avant le concert. Ce soir on a la bonne surprise d'avoir la visite de Sébastien et d'Ikué.
Le premier groupe est assez frais, ce sont des jeunes entre rock et raggae, très dynamiques. Puis un groupe de rock bikker avec une jolie bassiste, et nous.
On commence par Aie, puis La bibliotheque, la chance écris moi technicienne de surface, ...
Un bon concert dans une jolie salle avec une vue super sur Tokyo et Tkapach habillé en collegienne sailor et Asari en gillet, avec un beau dragon dessiné sur la poitrine.

Après le concert une quatrieme partie, le son est un peut fort mais le groupe original, et interessant.
 On rentre avec un des dernier train vers Meguro, et françois s'amuse a surprendre les passant et crée de jolies rencontres.
Ses emotions nous ont creusés, avant d'aller dormir on s'offre un petit ramen tres bon.

Jour 29 - Shinjuku jam - Izakaya - sento -Chinatsu last bus

Finalement on ne va pas aux balances à 8H comme prévu initialement, mais un peut avant notre tour de chant, vers 13h30.
Donc on peut profiter un peut de la matinée. On rejoins à pied la station Meguro, belle petite ballades dans les ruelles tranquiles de ce coin résidentiel.
Puis Yamanote line jusqu'a Shinjuku et on finis a pied jusqu'au Shinjuku Jam.
On arrive un peut avant le concert de Syster Paul.
François c'est fait un costume de Sadako horrible avec ses cheveux devant le visage. Horrible mais dangereux pour les verres de bière.
Aujourd'hui Atsuko est venue nous voir avec son copain, et Chinatsu est venue en shinkansen depuis Osaka. Il y a aussi Katheryn et Ewan venu faire des photo et David de PaintYourTeeth.
On fait un beau concert dynamique.
Après on doit rapidement quitter les lieux et on va dans un petit Izakaya, on se met a l'extérieur comme à une terrasse en france. Poulet frit, petites saucisses et poissons frits, avec de la bière.
Après ça on a envie d'aller au Sento, mais Susumu et Maki ne nous suivent pas. C'est Chinatsu qui va nous conduire jusqu'a un sento sympa a shinjuku.
On reste une demi heure dans l'eau chaude, puis on sort et on attend tranquilement les filles. Il fait bon et le coucher de soleil donne de belle couleurs au ciel.
Ensuite on décide chez Tomoyo, à La Jetée, puisqu'on est dans le quarter de Golden Gay.
Je prends un verre de soju et on discute sans voir le temps passer. Il est déjà 21h lorsqu'on réagis; il ne nous rese que peut de temps avant le départ du bus vers Osaka que prend Chinatsu; et c'est à Tokyo station !
On l'accompagne, et on arrive in extrémis, mais elle peut monter dans le bus.
Nous on retourne à la maison tranquillement, on s'égare juste un peut pour rendre la promenade plus romanesque.

Jour 30 - Kunitachi Chikuya

On part a midi pour Kunitachi ou on a rendez vous pour les balances au livehouse Chikuya.
Même s'il est très loin de shinjuku, le quartier est sympa et un fois les balance on trouve sans problèmes une boutique de suchis ou on peut acheter un plateau repas qu'on mange sous les grands arbres de l'allée.
Le concert commence pqr un duo folk guitare-caron; puis Yuko chan qui s'accompagne au piano dans un univers très poetique, puis Mari chan et un grouppe de jeune J-Pop et enfin nous.
Aujourd'hui des amis sont venu nous rencontrer ! Il y a Janick, Miho et Mari, Junishiro et son amie.
On fait un beau concert comme il n'y a pas trop de place on monte sur les tables. Le son est très bon donc on est content. おつかれさまです。
Après le concert Emilie et moi on rentre de notre cotés en s’arrêtant à Asagaya pour retourner au Planet K chercher le coussin et les affaires qu’Émilie avait oubliée après le concert. Sur la route on s'offre des choux  la crème. Et en rentrant on décide de s'arréter manger à un petit comptoir qui sert des poulets rotis au romarin. Comme on ne sait pas comment choisir, le gar a cotès de nous se met à nous parler français, il est chef cuisinier et à travaillé à la Tour d'argent à Paris. Drole de bonhomme très sympa. Avec le poulet on bois un verre de vin rouge.
On cherche desepérément un autre choux a la creme pour le dessert, puis on rennonce et on prend la route de Méguro. Sur le chemin Emilie remarque un restaurant qui s'appelle "Le verre volé" comme à Paris. Intrigué je rentre et discute avec le patron qui parle français et a en effet travaillé a Paris.
On reprends la route vers la maison et dans le Seven Eleventh je voi Gael et Yuko, du coup on va ensemble au "Verre volé" et ils discutent avec le proprio vin naturel et saké.
Je suis fatigué et finalement rentre avant eux. Emilie est au téléphone.
Gael, Yuko et --- rentrent finalement et on deguste un peut des deux bouteilles acheté au verre volé en discutant culinaire et en savourant un très bon fruit de la passion.

Jour 31 - Koenji UFO

Ce soir on joue a l'UFO, a Koenji. Mais avnt je doit aller récupérer des kamishibai de poches a l'imprimerie pour Yuiko qui est à Paris. C'est à Sengaku qu'il me faut aller. Je fait une belle ballade qui passe par le parc pour rejoindre la Meguro line de metro.
A sengaku je trouve facilement l'imprimerie et prend es kamishibai, puis je vais manger un plat épicé dans un petit restau-cantine a cotes. Je rejoins ensuite Koenji par la Yamanote Line puis Chuo Line. Je m'amuse à lire le nom des stations a partir des kanjis et j'y arrive presque.
A koenji je marche 15mn jusqu'a l'UFO, mais je suis trot tot, du coup je m'autorise une petite sieste dans le parc a cotes avant de rejoindre Gael et Emilie dans le restu en face.
Finalement la salle ouvre et on fait nos balances après le premier groupe. Puis on va acheter des pains melon au kombinis et les manger dans le parc au pied d'un vieux et impressionant platan.
De ce temps François arrive a la Live House. On attends a la friche le debut du concert.
La soirée est vraiment sous le signe des OVNIS, beaucoup de groupes/musique un peut conceptuelle et improbable. C'est parfois amusant comme la maman qui prend son enfant pour jouer de la batterie, parfois un peut long...
On fait un bon concert, juste avant Sumimasen je casse une fois de plus une corde a ma guitare et demande celle du gar qui a joué juste avant nous.
La fin de la soirée est dansante, puis on rentre à Meguro, sur le chemin du retour on s'arrete dans le restaurant de Ramen très bon ou on a déjà été avec Gael et François.

Billets plus anciens